raconter une histoire

Pour mes amis, ma famille, pour tous ceux que j'ai rencontré sur la route, pour tous ceux qui pourraient être intéressés.

Ceux qui me connaissent ont dû remarquer que je m'étais écarté du chemin qui semblait m'être tracé. Si quelqu'un a essayé de suivre mon activité en ligne, il a dû avoir du mal à trouver des indices sur la vie que j'ai mené au cours des derniéres années. Il a dû trouver quelques commentaires arbitraires, des statuts mis à jours, l'occassionnelle annonce d'un concert prochain et un site web stérile, ne contenant rien d'autre que le mot "Le".

Inutile de le dire, c'est consciemment que j'ai décidé d'adopter un conduite discrète sur Internet et plus précisemment de ne pas participer activement aux réseaux sociaux. Il y a un tas de bonnes raisons pour prendre du recul face à l'environnement Internet d'aujourd'hui, et je sais que beaucoup de gens pensent de la même manière. Il est illusoire de penser que l'on peut adopter une consommation passive voire anonyme d'Internet juste en évitant les grandes plateformes de réseaux sociaux qui ne jurent que par le "partage" mais étant donnée l'omniprésence d'Internet dans nos vies en cette étrange période, je reconnais qu'une sorte de compromis avec ces étranges machines se doit d'être trouvé, et une approche d'observation silencieuse pourrait raisonnablement convenirSi ce paragraphe n'a pas de sens pour vous, rassurez vous : c'est juste le préambule..*

Cela étant dit, des choses ont changé pour moi et ce, d'une manière que je n'avais pas prévue. Il est temps pour moi de sortir de ma caverne. 

J'écris ces lignes sur un petit bureau sous les toits à Nancy, en France, où je peux rester tant que je paye l'eau et le gaz. Une amie, du moins quelqu'un qui me fait confiance malgré le peu qu'elle sait de moi, me permet de rester ici et pour ça, je me considère chanceux.

C'est quelque chose de nouveau pour moi : être un étranger.

Dans un sens, je suis même devenu un étranger pour mes amis et ma famille (et pour mes connaissances, je suis plus étrange que jamais) mais j'en suis conscient et je sais que je ne peux le rester indéfiniment (les étrangers ne vieillissent pas bien). Heureusement, il semble que j'ai un peu de temps devant moi pour mener à bien les projets qui me travaillent l'esprit depuis longtemps.

Par exemple, raconter une histoire

Comment j'en suis arrivé où j'en suis, c'est l'histoire que j'aimerais raconter. Ce n'est pas une chose facile pour moi, je vais donc y aller prudemment dans la mesure où tout cela pourrait revenir me hanter, mais je veux néanmoins le faire. Parce que je ne veux pas être un étranger pour mes amis ; parce qu'écrire mon histoire me permet de mieux comprendre cette dernière, ainsi que la voie vers laquelle elle me mènera peut-être ; parce que certaines expériences que j'ai vécu pourrait même intéresser ceux qui ne me connaissent pas. En gros, j'ai un paquet de raisons et plus d'une d'entre elles deviendront évidentes au fil de l'histoire. 

Pour clarifier une chose tout de suite : oui, l'an dernier j'ai lâché mon travail de programmeur et son généreux salaire, rendu mon portable et les clés de mon appartement, puis j'ai marché de Vienne jusqu'à Nancy (en passant par le Lac Constance). Non, je n'ai pas marché tout le long mais j'ai tout de même marché trois-quarts des 1000 km que j'ai parcouru au total. J'ai pu le faire grâce aux économies que j'avais de coté, en plus de ce que j'ai gagné en jouant dans la rue et surtout, j'ai reçu beaucoup de soutien de la part de ma famille.

Au cours des prochaines semaines, j'aimerais mettre en perspective, à travers des textes et d'autres médias, la manière dont je suis arrivé à cette décision et, en fonction du lieu où mes écrits me mènent et de l'intérêt qu'ils susciteront, j'aimerais aussi y ajouter des expériences que j'ai eu durant mon voyage, et plus précisemment, l'impact qu'elles ont eu sur ma vie.

Pour prévenir

A bien des égards, cette histoire n'est pas des plus joyeuses. Cependant, je n'ai pas l'intention d'adopter un ton parfaitement solennel (je doute même d'en être capable). Sous de nombreux aspects, ce récit est celui de mon déracinement; et omettre les évenements qui m'ont touché, qui furent douloureux, tristes ou effrayants, reviendrait à en raconter un entièrement différent.

raconter une histoire .paul